Encyclopédie Marikavel-Jean-Claude-EVEN/Encyclopaedia/Enciclopedia/Enzyklopädie/egkuklopaideia

d'ar gêr ! ***** à la maison ! ***** back home !

Noms de lieux * Anvioù lec'hioù

Noms de personnes * Anvioù tud

Breizh

Bretagne

Bro hag Eskopti Naoned

Pays-évêché de Nantes

  Monnières

*Meliner

 

pajenn bet digoret ar 06.01.2019 page ouverte le 06.01.2019     * forum du site Marikavel : Academia Celtica  dernière mise à jour 01/10/2023 13:45:36

Définition : commune de la Bretagne historique, en Pays-évêché de Nantes.

Aujourd'hui dans la région administrative non historique dite "Pays de Loire"; département Loire-Atlantique; arrondissement de Nantes; canton de Clisson; sur la Sèvre Nantaise.

Code postal : 44690

Superficie :  978 ha.

Population : 2200 'communiants' vers 1780; 1028 hab. en 1806; 1076 hab. en 1866; 1042 hab. en 1881; 813 hab. en 1921; 941 hab. en 1968; 1235 hab. en 1982; 1379 hab. en 1990; 1541 hab. en 1999; 1932 hab. en 2010;

Armoiries; blason / Ardamezioù

* Daniel Delattre (2013)  : "d'azur à l'écusson en cœur de gueules chargé d'une grappe de raisin d'argent, accompagné à dextre d'une clef, à senestre d'un moulin à vent et en pointe d'un papillon, le tout d'or, au chef d'hermine"

* JC Even : "En glazur, ouzh kondon ur skoedig en gwad karget gant ur vlokad greunwin en arc'hant, heuliet a-zehoù gant un alc'hwez, a-gleiz gant ur milin-avel, hag houzh beg gant ur vazlafenn, an holl en aour; e gab en erminoù".

Paroisse / Parrez : église sous le vocable de sainte Radegonde.

Histoire / Istor :

* Ogée (1780) : Monière; sur un coteau et sur la rivière de Sèvre; à 4 lieues au S.-E. de Nantes, sou évêché et son ressort; à  26 lieues de Rennes, et à 2 lieues de Clisson, sa subdélégation. On y compte 2200 communiants. La cure est présentée par l'abbé de Saint-Jouin, et la  chapelle-des-Feuillâtres par la famille de ce nom. La haute-justice de la paroisse appartient à M. de la Galissonnière, qui en est le seigneur. — On croit que la chapelle de Saint-Michel, aujourd’hui succursale de Moniére, était jadis paroisse. On y célèbre la messe tous les dimanches et fêtes, à l'exception des quatre fêtes annuelles; on y célèbre aussi les mariages des habitants de sept à huit villages  dépendant de cette trève, quoique les bancs soient publiés dams l’église paroissiale de Monière — Le château de la Galissonniére, maison seigneuriale du lieu, appartenait, en 1415, à Pierre Barrin. Son petit-fils fut archer de la garde du roi; et Toussaint Barrin, frère du dernier, officier dans la compagnie du connétable de Montmorenci, reçut une blessure à la bataille de Saint-Quentin, le 10 août 1559. Lorsqu’il fut guéri il se fit prêtre, et fut abbé de Saint-Maurice; il mourut au mois de janvier 1577, et fut enterré dans la Sainte-Chapelle, à Paris. — Jacques Barrin fut conseiller d’État et commissaire pour le roi aux États assemblés à Rennes, le 26 novembre 16011. Louise, sa sœur, épousa Gilles Huchet de la Bédoyère, procureur-général an Parlement. Le 22 juin 1619, Jacques Barrin de la Galissonnière fut nommé premier président à la chambre des comptes de Bretagne. En 1660, Henri Barrin, conseiller an Parlement de Rennes, était premier maître-d’hotel du duc d'Orléans. — Les château, terre et seigneurie de la Galissonnière furent érigés en marquisat, l’an 1660 [1668], en faveur de Jean [Jacques] Barrin, maître des requêtes et intendant de la généralité de Rouen. — Armand-Christophe Barrin de la Galissonnière, archidiacre de Tréguier, était premier président [président] à la Chambre des comptes de la province en 1703. — Jacqnes Barrin, marquis de la Galissonnière, lieutenant-général des armées navales, vainquit la flotte qui était venue an secours de Port-Mahon, sous le commandement de l'amiral Bing. Cette victoire [le 20 mai 1756] fut suivie de la reddition de la place. Le marquis de la Galissonnière mourut en l’an... — N., son fils, est aussi mort lieutenant-général des armées navales. Du temps de ces deux seigneurs, il y avait au château de la Galissonnière un jardin de simples rempli des plantes les plus rares. Tout le monde connaît les vertus et les talents du dernier seigneur de cette illustre famille, mort regretté de tous les bons Français, et surtout de ses vassaux, dont il était le tendre père. Avec un extérieur simple et modeste, assez ordinaire aux hommes véritablement grands, M. de la Galissonnière n’ignorait aucune des sciences utiles a un officier de mer destiné au commandement; aussi avait-il toujours, même pendant ses voyages sur me, une bibliothèque choisie. Au retour de ses expéditions, il reprenait, comme ce  fameux défenseur de Rome, Quintus Cincinnatus, la culture de son magnifique jardin de plantes. Il prenait un soin particulier de celles qui étaient utiles au soulagement des malades des paroisses circonvoisines de ses terres. Doux, modéré, éloquent, persuasif, il avait l'heureux talent de concilier les esprits; il terminait avec une attention singulière les contestations qui s’élevaient entre ses vassaux, et les empêchait d’être la victime de la pernicieuse guerre du palais. Le ministre, qui connaissait son mérite, le choisit pour fixer, avec un habile ministre anglais, les limites du Canada : tout le monde a su les suites de ce fameux traité. — Lettres-patentes de 1760, portant confirmation de l’érection du marquisat de la Galissonnière en faveur de N. Barrin-Rhuilliers. — La maison noble de Livernière appartient a M. de Bruc de Liverniére.

Ce territoire est un terrain inégal, couvert d’arbres et buissons, et très-riche; il produit le meilleur vin du comté nantais, beaucoup de grains et de foin. La rivière de Sèvre forme un petit port à Monière, où les barques peuvent se rendre à Nantes, pet le secours de l'écluse de Vertou, que les bénédictins firent faite il y a environ vingt-six à vingt-sept ans.

* Marteville et Varin (1843) :  Monnières (sous l'invocation de sainte Radegonde); commune formée par l'anc. par. de ce nom; aujourd'hui succursale. — Limit. : N. Le Pallet; rivière de Sèvre; E. Gordes; S. Sainte-Lumine; O. Maisdon. — Princip. vill. : le Pont, la Minière, les Mortrets, la Bournière, Coursay, la Huprie, le Bontin. — Superf. tot. 823 hect. 96 a., dont les princip. div. sont : ter. lab. 185; vignes, 144; bois 406; verg. et jard. 11; oseraies et aulnaies 8; sup. des prop. bât. 7; cont. non imp. 63; const. div 317; moulins 2. Monnières est un joli bourg bâti sur un coteau qui domine la rive gauche de la Sèvre-Nantaise, à peu près au point où elle commence à être navigable. — Le château de la Galisonnière a été détruit pendant les guerres civiles de 1793, et n'offre plus aujourd'hui qu'un monceau de ruines. — Géologie : roche dominant le micaschiste; le bourg est sur gneiss amphibolique; le granite se montre çà et là. 

Patrimoine. Archéologie

seules les fenêtres ouvertes ont des liens actifs

Le bourg Ar bourg
Église sainte Radegonde (XIè, XIIè, XVè, XVIIè, XVIIIè, XIXè)

Brûlée le 22 septembre 1793

Iliz santez Radegonda

Bet devet an 22 Gwengolo 1793

Croix Giraux (XVIIIè, XIXè)  
Château du Plessis-Brézot (XVIè, XIXè)  
la Moinerie (XVIIIè)  
Moulin de la Minière (XVIIIè)  
Moulin de la Justice (XVIIIè)  

Étymologie / Gerdarzh

* Jean-Yves Le Moing (1990) : Molneriis, 1179; Monsnières, 1287

* Erwan Vallerie (1995) : de Molneriis, 1179;

* Éditions Flohic (1999) : de molinarias, moulin

Personnes connues Tud brudet
Jehan Meschinot

Maître d'hôtel des ducs Pierre II, Arthur III, François II, et de la duchesse Anne de Bretagne

Jehan Méchinot

Mestr ostel an duged Pêr II, Arzhur III, Fañch II, hag an dugez Anna Vreizh

Armorial * Ardamezeg

 Barrin  Le Bascle Cailleau de l'Isle Raguideau 
Marquis du Bois-Geffroy, en Saint-Médard-sur-Ille, en 1644; marquis de la Galissonnière, en Saint-Jean-de-Béré; vicomtes de la Jeannière en 1644 et seigneurs de la Coignardière, en Monnières; seigneurs de Vincelles, et la Bidière, en Maisdon vicomtes de Tréguil, en Iffendic; de Talensac, paroisse; vicomtes de Lessongère, en Saint-Herblain; barons de Montbarrot, en Saint-Aubin-de-Rennes; marquis de Fromenteau, seigneurs de Laudigère et de Montils, en Vallet; de la Lussonnière, en la Chapelle-Heulin; Plessis-Guériff, en Pipriac; Bas-Briacé, en Le Loroux-Bottereau; Bois-Rouault, en Mouzillon

"d'azur à trois papillons d'or"

"en glazur e deir valafenn en aour"

(PPC)

Originaires d'Anjou. 

Seigneurs du Perray et de la Roche-Baudon, en Monnières; de la Haye, en Torcé; du Pin ?. 

"de gueules à trois macles d'argent"

"en gwad e deir mailhenn en arc'hant"

Devise / Sturienn : 

Et sine macula maria.

- Un chevalier de Malte en 1603;

(PPC)

 

 

Seigneurs de la Tour (?); du Fief-Maugeais en Monnières; de Beaumont, en Casson

"D'azur à  la fasce d'argent chargée d'un cœur de gueules et accompagnée en chef d'une gerbe d'or et en pointe de deux étoiles d'or"

"En glazur e dreustell en arc'hant karget gant ur c'halon en gwad, hag heuliet ouzh kab gant ur manal en aour hag ouzh beg gant div steredenn ivez en aour".

* René, échevin de Nantes en 1636.

(PPC)

Seigneurs de la Cormeraye, en la Chapelle-sur-Erdre; du Pineau, de la Barre-Sauvage, des Pezeries, en Château-Thébault; de la Verrerie; de la Gironnière, en Sainte-Luce; de la Nicollière, la Noë-Talbot, en Vertou; de la Ferté, en Vallet; de la Gravelle, en Monnières; de Fiefrosti, la Bretonnière, en Sautron; la Marilière; Souchais; Molière; du Dreneuc, en Bains.

"de gueules à dix billettes d'or, 4, 3, 2, 1"

"en gwad e zek kanochenn en aour, 4, 3, 2, 1"

1488, 1489, 1668, 1685

(PPC)

 

Seigneurs du Rocher, en Monnières; du Grémil, du Vauguillaume et du Plessis, en Puceul; de la Rouaudière

"d'argent au dauphin renversé, coupé de gueules et d'azur"

"en arc'hant, e zelfin war e eneb, troc'het etre gwad ha glazur"

Débouté à la réforme de 1668 et à l'intendance en 1713; ressort de Nantes et Carhaix

(PPC)

Vie associative Buhez dre ar gevredadoù
   

Communes du canton de Clisson Kumunioù kanton *Klison
Boussay *Beuzid-Klison
Clisson *Klison
Gétigné *Yestinieg
Gorges *Gored
Monnières *Meliner
Saint-Hilaire-de-Clisson *Sant-Eler-Neved
Saint-Lumine-de-Clisson *Sant-Leven-Klison

Communes limitrophes de Monnières

Parrezioù tro war dro *Meliner

Maisdon-sur-Sèvre Le Pallet Gorges Saint-Lumine-de-Clisson

Sources; Bibliographie :

* OGEE : Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne; vers 1780; 

* A. MARTEVILLE et P. VARIN, vérificateurs et correcteurs d'Ogée. 1843.

* Adolphe JOANNE : Géographie du département de Loire-Inférieure. Librairie Hachette et Cie. 1884

* Dictionnaire MEYRAT : Dictionnaire national des communes de France. (année 1968). Editions Albin-Michel Paris. 1970

* Jean-Yves LE MOING : Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne. Coop Breizh. 1990

* Erwan VALLERIE : Diazezoù studi istorel an anvioù-parrez * Corpus * Traité de toponymie historique de la Bretagne. An Here. 1995

* Michel FROGER et Michel PRESSENSE : Armorial des communes de Loire-Atlantique. 1996

* Éditions FLOHIC : Le Patrimoine des communes de Loire-Atlantique. 1999

* Pol POTIER de COURCY : Nobiliaire et armorial de Bretagne. Tomes III, IV. Editions des Régionalismes. 2011 / 2015

* Daniel DELATTRE : La Loire-Atlantique. Les 221 communes. 2013

* AL LIAMM : Nouveau Dictionnaire Breton / Français; Français / Breton. 2014

Liens électroniques des sites Internet traitant de Monnières  / *Meliner :

* lien communal : par défaut : https://www.commune-mairie.fr/monnieres-44690/

* Wikipedia brezhonek : https://br.wikipedia.org/wiki/Meliner

* forum du site Marikavel : Academia Celtica

* Autres pages de l'encyclopédie Marikavel.org pouvant être liées à la présente :

http://marikavel.org/heraldique/bretagne-familles/accueil.htm

http://marikavel.org/broceliande/broceliande.htm

* solidarité nationale bretonne avec le département de Loire Atlantique : Loire-Atlantique

* sauf indication contraire, l'ensemble des blasons figurant sur cette page ont été dessinés pat J.C Even, sur bases de GenHerald 5.

* Introduction musicale de cette page : Bro Goz Ma Zadoù, hymne national breton, au lien direct : http://limaillet.free.fr/MP3s/BroGoz.mp3

hast buan, ma mignonig, karantez vras am eus evidout va vite, mon petit ami, je t'aime beaucoup

go fast, my little friend, I love you very much

Retour en tête de page. En dro d'ar penn ar bajenn